Nutritionniste-diététicien : formation et métier

Nombreux sont les Français qui souhaitent devenir nutritionnistes-diététiciens. Il faut reconnaître que le métier est prometteur et facilement accessible. C’est justement le sujet que nous allons aborder dans cet article. Quelle formation suivre pour devenir nutritionniste-diététicien et à quoi consiste concrètement le métier ? C’est tout ce que nous allons voir ci-dessous !

Formation

A lire aussi : Les emballages alimentaires et le recyclage

Pour devenir nutritionniste-diététique, vous l’aurez deviné, il faut donc suivre une formation en nutrition et diététique. Cette formation consiste à apprendre les bases scientifiques de la diététique, des aliments et de la nutrition. Mais le but final est un peu plus compliqué.

Avant de pouvoir prétendre au métier de nutritionniste-diététicien, il est en effet important de maîtriser certaines règles. L’élève doit apprendre à « élaborer des plans alimentaires, rations, répartitions conformément aux règles de nutrition et diététique définies dans le référentiel et enregistrées au Répertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP) ».

A lire également : Heineken et son goût unique en bouche : une histoire qui remonte à plus de 150 ans

Après une formation en nutrition diététique, un élève doit donc être capable de prescrire un régime alimentaire en fiction de la demande, de la morphologie du sujet et des résultats escomptés.

Durée et modalité de formation

La durée pour apprendre la base des scientifiques de la diététique, des aliments et de la nutrition dépend entièrement du centre de formation choisi. Pour notre part, nous allons vous parler de l’Ecole Française, un centre de formation homologué et éligible au CPF ainsi qu’au Pôle Emploi.

Chez l’Ecole Française, la durée de formation est estimée à 4 semaines. Si ces 4 semaines vous permettent d’apprendre tout ce dont vous auriez besoin de connaître sur le métier de nutritionniste-diététicien, vous n’allez pas pour autant y passer toutes vos journées.

Chaque inscrit chez l’Ecole Française peut en effet travailler à son rythme. Si vous comptez vous former au métier de diététicien, vous pouvez choisir de travailler à l’heure qui vous convient. Vous pouvez également choisir entre suivre des cours journaliers de 10 minutes ou des cours hebdomadaires de 2 heures. Et tout se passe en ligne, via internet.

Outre ces formations totalement libres d’accès, l’Ecole Française propose aussi du coaching personnalisé par vidéo-conférence. En effet, à aucun moment vous n’aurez à sortir de chez vous pour obtenir votre diplôme (BTS Diététique).

Précision également que les frais de formation sur l’Ecole Française peuvent être pris en charge par les fonds publics de la formation professionnelle. Vous pouvez donc vous former gratuitement si vous êtes couvert par une prise en charge de formation CPF ou Pôle Emploi.

Métier

Maintenant que vous connaissez tout sur la formation, parlons un peu du métier de nutritionniste-diététicien. À quoi ce métier fait-il référence et quand est-ce qu’un nutritionniste-diététicien intervient-il ?

La diététique est tout d’abord une médecine, d’où la nécessité de suivre des formations avant de prétendre maîtriser le métier. Elle consiste à trouver des solutions adaptées aux problèmes liés à l’alimentation des patients.

Mais un nutritionniste-diététicien peut aussi intervenir sur d’autres demandes telles que la perte de poids ou la prise de masse. D’ailleurs, c’est sur ces deux derniers aspects du métier que les nutritionnistes-diététiciens se font le plus solliciter.

Les compétences requises pour devenir nutritionniste-diététicien

Devenir un bon nutritionniste-diététicien ne se fait pas en un jour. Il faut acquérir certaines compétences pour réussir dans ce métier.

Si la formation est primordiale, il y a des qualités innées qui peuvent faciliter le chemin de tout nutritionniste-diététicien. Parmi ces dernières, on peut citer :

• Une bonne capacité d’écoute
• Un sens du contact avec les patients
• Une capacité à convaincre et à rassurer

Au-delà des qualités personnelles, il y a aussi des compétences techniques qui permettront aux futurs professionnels de se démarquer sur le marché. En voici quelques exemples :

Un bon diététicien doit être capable d’analyser l’alimentation de ses clients et de proposer une stratégie adaptée pour répondre aux besoins individuels.

Le corps humain étant complexe, les connaissances médicales sont indispensables pour comprendre comment fonctionne chaque organe et comment l’alimentation peut affecter la santé globale du patient.

En tant que consultant ou entrepreneur indépendant (autrement dit travailleur libéral), le diététicien doit savoir gérer son activité au quotidien : rendez-vous clientèle, facturation… C’est pourquoi une formation en gestion est fortement recommandée.

Pensez à bien noter que chaque nutritionniste-diététicien est différent et peut avoir des compétences supplémentaires ou différentes. C’est pourquoi, pensez à bien faire un bilan personnel pour comprendre ses points forts et ses lacunes.

La diététique requiert donc à la fois des connaissances médicales, techniques mais aussi humaines pour satisfaire les attentes d’une clientèle en quête de bien-être.

Les débouchés professionnels dans le domaine de la nutrition et de la diététique

Après avoir obtenu leur diplôme, les nutritionnistes-diététiciens ont différentes options pour embrasser leur carrière. Ils peuvent travailler en tant que salariés ou se mettre à leur compte en créant une entreprise individuelle.

La plupart des diététiciens qui débutent leur carrière choisissent ce type d’emploi. Ils sont employés dans des hôpitaux, des cliniques ou des centres spécialisés pour aider les patients souffrant de maladies spécifiques (obésité, diabète, troubles alimentaires…) à adapter leur régime alimentaire afin d’améliorer leurs conditions médicales.

Une autre option est de travailler chez un fabricant d’aliments où ils utilisent leurs connaissances pour élaborer des aliments spéciaux (sans gluten, sans lactose…). Ils peuvent aussi être amenés à participer au développement commercial du produit.

Certains nutritionnistes-diététiciens préfèrent exercer librement et créer leur propre cabinet. Il faudra alors gérer toutes les tâches administratives liées à cette activité : facturation, gestion des rendez-vous, etc. Ce choix offre cependant beaucoup plus d’autonomie quant aux horaires et tarifs pratiqués.

La rémunération varie en fonction de nombreux facteurs : taille et localisation géographique de l’entreprise, position hiérarchique occupée, domaine d’expertise ou encore expérience. Les diététiciens débutants peuvent s’attendre à un salaire moyen annuel compris entre 20 000 € et 30 000 € brut par an. Ce montant peut augmenter avec l’expérience professionnelle ainsi que les responsabilités assumées.

Il existe une grande variété de débouchés pour ceux qui souhaitent embrasser une carrière dans le domaine de la nutrition et de la diététique. Il faut donc conseiller aux reconversions professionnelles désireuses d’explorer ce champ disciplinaire de se renseigner sur ces différents secteurs afin d’y décrocher un emploi répondant au mieux à leurs aspirations professionnelles et personnelles.

Cuisine